projets

Ile, propostion pour le parc Funéraire de Pari

2019
LieuParis, France
programmecrématorium, funérarium
SDP totale3000 m ²
maître d'ouvrageFUNECAP, Agence des Espaces Verts
mandataireAAVP
budget30 000 000 euros
équipeAAVP mandataire, LOG architectes, atelier Roberta, CAMEBAT, EVP ingénierie, BET Choulet, Lab ingénierie, Altia ingénierie, INUI images, graphisme Formaboom, textes Olivier Namias
2019

Le site est clôturé par une grande paroi vitrée de 3 mètres de haut ceinturant les limites sud et est de la parcelle. Au nord, le site est protégé de la bretelle d’accès au périphérique intérieur par un grand mur columbarium qui la longe. La nature est préservée dans cet écrin. Les arbres existants sont inclus dans une trame régulière de grands arbres de 12 mètres de haut en pleine terre et de sujets plus petits plantés au-dessus des sous-sols.

Les entrées dans le parc funéraire peuvent se faire depuis l’angle ouest, au centre du site le long de la rue du Chemin de Fer ou, pour ceux qui arrivent en voiture depuis le parking dont les accès publics débouchent au coeur du parc, sous le parvis d’entrée.

Depuis l’entrée dans l’angle ouest, on devine le bâtiment principal, contenant le crématorium, les salles de cérémonie, les espaces de convivialité et de remises des urnes. C’est une grande serre aux limites incertaines. Son toit de verre règne et se confond à la canopée des arbres de la forêt. Les éléments programmatiques en pierre porteuse sont tantôt abrités, tantôt à la limite, tantôt à l’extérieur de sa peau de verre.

La chambre funéraire est traitée en une suite de salons en pierre porteuse qui se glissent hors de la serre et s’installent le long de la clôture sud pour en garantir son fonctionnement autonome. Elle est en lisière de bois, cachée par cette haute futaie.

Un réseau aléatoire de poteaux métalliques fins et en bois porte la verrière. Ils s’échappent de l’enveloppe pour s’immiscer dans le parc et se mêler aux arbres, brouillant eux aussi la limite du bâti une fois l’enceinte protectrice franchie. Chacun d’eux pourra supporter une source de lumière orangée ou bleue selon qu’elle est assignée à la mémoire d’un disparu. Les passants et les usagers pourront, à l’aide de leur smartphone ou sur renseignements pris auprès du personnel d’accueil, retrouver la mémoire des disparus à travers ces totems.

Les piétons peuvent aussi entrer directement sur le grand parvis distribuant parc, crématorium et chambre funéraire depuis l’entrée sud, qui pourra être accessible de nuit, 24h/24 et 7j/7, pour permettre aux usagers de la chambre funéraire d’entrer et sortir à leur guise, tout en maintenant la fermeture du reste du site.

Pour les familles arrivant en voiture, un parking souterrain est accessible par l’angle sud-est. La rampe se développe en une ample courbe qui s’ouvre sur une terrasse plantée où la lumière du levant éclaire naturellement le premier sous-sol dédié aux visiteurs. Quarante-huit places et un parking pour les deux-roues se développent le long de cette grande pièce elliptique ; courbe animée par de grandes projections de ciels et de paysages spécialement retravaillés par l’artiste Marie Maillard pour le lieu.

Les usagers montent alors directement par les ascenseurs ou par les escaliers sur le parvis extérieur pour retrouver les usagers piétons et entrer ensemble dans l’édifice de verre.

Les usagers du crématorium seront orientés vers l’allée centrale distribuant l’ensemble des salons d’accueil des salles de cérémonie. Cet espace, large, est baigné par la lumière de la verrière dont la géométrie aléatoire épouse les positions libres des poteaux. Chacune des quatre salles correspond à un monolithe de pierre distinct ayant sa propre géométrie, sa propre ambiance.

La grande salle, par exemple, accueillant jusqu’à 400 personnes est parcourue de grandes colonnes support de la serre, perturbant ainsi sa géométrie sereine. Un grand dôme de cuivre domine l’espace ; son oculus désaxé guide la lumière de la grande verrière vers le coeur de cette grande pièce.

Dans la logique de « marche en avant », une fois la cérémonie terminée, le public quitte les salles par des condouloirs, vastes espaces abrités sous la canopée de verre, distincts de l’allée centrale et guidant le public vers le parvis extérieur. Les flux d’arrivée et de départ sont ainsi différenciés et la déambulation se fait naturellement, dans un même mouvement.

Les usagers peuvent ensuite accéder à l’unique étage du bâtiment, pour aller vers les espaces de retrouvailles au-dessus de la grande salle, vers le columbarium ouvert sur la verrière, ou vers les espaces de remise des urnes. Cet étage accueille également les locaux administratifs de l’équipement.

Les familles qui souhaitent se diriger vers les salons de présentation de la chambre funéraire sont accueillies dans un monolithe à la limite ouest du parvis, comme échappé de l’enceinte de la serre. Elles sont ensuite guidés vers l’un des cinq volumes distincts contenant chacun deux salons. Ces petites habitations sont introverties, protégées du parc par une frange arbustive et un filtre de poteaux aléatoires mêlés à la végétation.

L’accès s’y fait par une faille de lumière donnant sur un étroit patio paysager.

Les salons eux-mêmes sont baignés de lumière naturelle, soit par des fenêtres hautes en imposte donnant sur les patios pour les pièces principales, soit par un shed courbe amenant la lumière du nord, douce et uniforme sur la chambre de présentation du défunt, isolée de la grande pièce centrale par un rideau de cuir blanc. De grands canapés confortables en cuir et bois permettent aux visiteurs de s’installer dans ces espaces calmes et blancs.

Dans le parc, en complément des totems souvenirs, se trouve un columbarium extérieur, linéaire, de conception plus classique.

Il borde la limite nord du site depuis la pointe ouest jusqu’au parvis, tel une sculpture de Richard Serra. Constituant une pièce paysagère distincte, cet espace accueille aussi le puits de dispersion, constitué par une paroi, filtre de fines colonnes de cuivre accolées définissant un cylindre de 6 mètres de diamètre par 6 mètres de haut, à l’abri du bruit, du vent et des regards.

Les rituels achevés, chacun peut profiter pleinement du lieu, y déambuler, s’y arrêter, méditer puis reprendre le cours de sa vie et rejoindre la ville au dehors.

LOG-architectes
s.a.r.l. d'architecture
adresse : 79 rue du fbg du Temple 75010 Paris
téléphone : +33 1 48 03 32 63
fax : +33 9 57 86 14 40
email : agence@logarchitectes.com